Quick Access Menu ☰
Contrast: On/ Off       Text Size: A A A

 

Lobby Day 2Après  deux journées de rencontres avec les députés, l’ACCEC a confiance dans l’appui des représentants politiques fédéraux.

Les 30 et 31 octobre, le conseil d’administration de l’ACCEC rencontrait les députés pour discuter de l’éducation catholique au Canada et de son rôle prépondérant au pays depuis ses débuts.

La rencontre qui se déroulait sur la Colline a été suivie d’une réception qui avait pour but de favoriser le réseautage.

« À mon avis, la journée dans son ensemble a été couronnée de succès, dit Marino Gazzola, président de l’ACCEC. On nous a bien entendus, et les commentaires reçus étaient positifs. »

La première rencontre incluait une tête-à-tête avec le chef de l’Opposition officielle, Andrew Scheer. Ce dernier, un gradué de l’école catholique, a réitété son appui à notre système.

« L’appui de M. Scheer est sans équivoque, dit Julian Hanlon, directeur général de l’ACCEC. Il nous a dit que si jamais nous avions besoin de son appui, nous n’avions qu’à lui faire signe. »

 

Le lendemain, l’ACCEC a accueilli plusieurs petites réunions privées avec des députés, dont Charlie Angus, Earl Dreeshen et Peter Fonseca.

« Ces rencontres furent extraordinaires, de dire M. Gazzola. Presque tous les députés rencontrés nous  ont assurés de leur appui. Pour moi, le fait saillant de la journée fut ce commentaire de deux des députés lors de rencontres dont je faisais partie : Si jamais vous avez besoin que quelqu’un se lève en chambre pour parler en faveur de l’éducation catholique, je suis votre homme. »

Hanlon confirme que ce message des députés était la norme. « Plusieurs nous ont dit de continuer à faire ce que nous faisons, de ne jamais abandonner et de continuer à promouvoir notre système, » explique-t-il.

Réception

Après les réunions du 31 octobre, l’ACCEC a tenu une réception sur la Colline du parlement.

« La réception s’est bien déroulée, dit M. Gazzola. Ceux qui y ont participé étaient très positifs et tenaient notre système en haute estime.  Plusieurs sont des gradués du système catholique et ont des enfants ou des petits-enfants qui fréquentent notre système. »

Anthony Rota, du Parti libéral, le Conservateur Harold Albrecht et le néo-déémocrate Charlie Angus ont présenté une allocution lors de la réception.

« Tous les trois ont offert un message d’appui et nous pressent de continuer notre travail de promotion de l’éducation catholique, » dit M, Gazzola.

Maintenant, l’ACCEC va faire le suivi de ces rencontres auprès des députés et continuer de cultiver et renforcer ces liens.

« Le plaidoyer politique est l’une de nos missions. Ces rencontres avec nos politiciens nous permettent d’avoir des conversations significatives au sujet de l’éducation catholique au Canada, dit M. Hanlon. Nous allons poursuivre ces conversations. »