Quick Access Menu ☰
Contrast: On/ Off       Text Size: A A A

Après une longue carrière imprégnée de foi, de dévouement et de passion envers l’éducation catholique, Bonaventure Fagan quitte ses fonctions à l’ACCEC. Son attitude humble, sa nature respectueuse et sa détermination à promouvoir la cause ont contribué à faire de lui un leader inspirant et efficace au sein de la communauté éducative catholique.

En 2015, M. Fagan a reçu le prix Justice James Higgins, la plus haute distinction accordée par l’ACCEC. Il a véritablement consacré sa vie à l’éducation catholique, d’abord en tant qu’enseignant à Terre-Neuve-et-Labrador, puis dans des rôles administratifs, de leadership et de promotion.

« L’éducation catholique donne aux élèves des repères moraux, qui établissent une saine relation entre nous comme peuple de Dieu et notre Créateur, dit M. Fagan. Tant de gens refusent Dieu dans leurs vies. C’est la privatisation de notre relation avec Dieu. Et l’éducation catholique leur dit que ce n’est pas vrai. Dieu existe. C’est un Dieu aimant. Il veut que nous soyons actifs, individuellement et collectivement. »

Parmi ses nombreuses contributions et réussites, M. Fagan est probablement mieux connu comme défenseur de l’éducation catholique à Terre-Neuve dans les années 90, quand le gouvernement de l’époque avait enclenché un mouvement qui révoquait le droit à l’enseignement catholique constitutionnellement protégé. Comme cadre supérieur du Catholic Education Council of Newfoundland, il a contesté le projet du gouvernement pour préserver l’enseignement confessionnel dans la province et a travaillé efficacement et avec acharnement à proposer des arguments clairs en sa défense. 

C’est à cette époque que Patrick Daly, vice-président de l’ACCEC, a rencontré M. Fagan et il a tout de suite été frappé par sa détermination.

« J’ai été absolument inspiré par son engagement envers l’éducation catholique, sa passion et sa bonté. Il était toujours prêt à consacrer le temps, le talent et les dons nécessaires pour défendre la bonne cause, dit M. Daly. Depuis ce temps, il continue d’être une source d’espoir pour l’éducation catholique à Terre-Neuve-et-Labrador et ailleurs au pays. Je crois que comme moi, plusieurs l’admirent et ont beaucoup appris de lui. »

Pour M. Fagan, sa passion et son dévouement pour l’éducation catholique lui viennent de sa conviction qu’elle contribue grandement aux individus et à la collectivité.

« Les élèves catholiques apprennent dès le départ à tendre la main aux autres, parce que c’est ce que le Seigneur nous demande de faire, dit-il. Et quand on témoigne dans la foi, c’est bien plus que de mettre une pièce de monnaie dans une boîte de collecte ou de fournir pour une bonne cause. Il y a une raison pour le faire, et cette raison, c’est notre engagement envers Jésus. Pour moi, ça c’est important. L’éducation, c’est plus que le succès d’un individu dans la vie. C’est créer une meilleure société pour tous. »

Catherine Burnham assumera les responsabilités de M. Fagan auprès de l’ACCEC. Il est certain qu’elle saura s’acquitter de ses tâches et elle bénéficie de toute sa confiance.

« Catherine est jeune et dynamique, dit M. Fagan. Elle sait voir les choses dans une optique nationale grâce à son expérience comme représentante de l’Atlantique au conseil d’administration de l’ACCEC. C’est une qualité importante. Il est facile de se concentrer sur notre petit coin du monde mais nous devons comprendre que nous faisons partie d’une mission universelle. » 

L’enthousiasme et l’engagement de M. Fagan nous manqueront. Nous lui offrons nos meilleurs vœux.